Des questions ?

  • Nos colis
  • La Bille Bleue
  • Nos produits
Nos colis
Pourquoi la Bille Bleue ?

Pour produire du lait, une vache doit donner naissance à un veau. Dans la filière actuelle, ce veau est considéré comme un déchet et est envoyé dès 15 jours de vie vers une filière industrielle (transports longs, élevage intensif en bâtiment, alimentation carencée, loin de son troupeau originel).

La Bille Bleue refuse ce modèle et a créé une filière mixte qui assume l’élevage de ses veaux sur leur ferme de naissance, au pis et au pâturage, en parallèle de la production laitière.

C’est de cette filière que proviennent nos veaux et bovins entre-deux : élevés entre le pis et l’herbe, abattus entre deux-âges, et produisant une viande entre le rose et le rouge, tendre et savoureuse.

Ce sont des animaux provenant d’une filière responsable et mixte (lait et viande), qui offre l’opportunité de manger une viande « utile » qui valorise les animaux dont la naissance même nous permet de consommer des produits laitiers.

Qu’est ce que le veau de plein air ? 

La définition réglementaire du veau est liée à l’âge à l’abattage de l’animal : cet âge doit être inférieur à 8 mois.

Malheureusement, de mauvaises habitudes nous ont été inculquées en matière de viande de veau, notamment en matière de couleur de viande : on nous a appris qu’il fallait manger leur viande blanche, alors que c’est un signe de carence alimentaire ou d’abattage très précoce !

C’est ainsi que la grande majorité des veaux que nous consommons, y compris en Bio, souffrent de conditions d’élevage et d’alimentation non satisfaisantes (transports longs, élevage en bâtiment, alimentation inadaptée, abattage précoce et à la chaîne).

A La Bille Bleue, c’est différent, notre veau de plein air est un veau qui a accès libre au pâturage toute sa vie. Il grandit au pis d’une vache et mange de l’herbe, là aussi en accès libre. Il vit dans un troupeau riche et se déplace sans entraves. Il est abattu autour de 7 mois après un sevrage naturel et progressif.

En consommant du veau de La Bille Bleue, vous consommez « utile » : vous soutenez une filière mixte qui assume l’intégralité de son cycle de production (vache-lait-veau) sur la même ferme et sans transports, avec des conditions de bien-être animal uniques en France et un impact environnemental largement amélioré.

Qu’est-ce que l’entre-deux ?

L’entre-deux est un jeune bovin de 8 à 12 mois, abattu après un sevrage progressif qui lui permet de prendre de l’autonomie vis-à-vis de sa mère ou de sa nourrice. Mais surtout, il a une existence riche et variée : vie en troupeau, présence maternelle, accès au pâturage, régime mixte lait/herbe. C’est exceptionnel en matière d’élevage de jeunes bovins, qui sont normalement destinés, comme les veaux, à des transports longs et de l’élevage en bâtiment.

Et sa viande ? La première chose qui vous marquera, c’est sa jolie couleur rose foncée. Cette couleur est la preuve que nos entre-deux ont reçu une alimentation pleine d’herbe, complète et riche en fer.

Vous remarquerez ensuite la tendreté de cette viande, ainsi que son goût délicat. C’est une viande agréable en bouche, qui convient bien aux enfants.

Enfin, c’est votre balance qui finira de vous convaincre : l’entre-deux est une viande modérément grasse, qui convient bien aux régimes. Et puisque nos animaux sont nourris d’herbe, à vous les bons omégas 3 !

Que vais-je trouver dans mon colis ?

Pour tous nos colis, nous nous attachons à respecter un équilibre entre tous types de morceaux de viande. Vous aurez toujours un mélange de trois types de pièces : à griller (délicieuses au barbecue ou juste saisies en aller-retour : escalope et/ou steaks et/ou côtes), une pièce à rôtir (idéale au four) et des pièces à cuisson plus longue (sauté/blanquette/bourguignon, pour des plats en sauces ou des effilochés en salades légères).


Chaque pièce est emballée dans son propre sachet sous-vide, pour une conservation prolongée et une congélation aisée (protection du givre, gain de place). Voici un exemple de contenu pour un colis de 3 kg, avec les trois catégories de pièces, avec comme référence une feuille de format A4.

Pourquoi proposer de la viande en colis, plutôt qu’au détail ?

Avec la vente en colis vient la notion d’équilibre matière : chacun reçoit un mix de toutes les pièces d’un animal.

Au-delà d’une filière respectueuse du bien-être animal, cette notion d’équilibre matière est essentielle pour une consommation responsable : en achetant un colis complet, vous assumez l’intégralité du panel de viandes d’une bête, sans délaisser les morceaux perçus – à tort – comme moins nobles.

À la clé une consommation plus cohérente, et qui vous fera découvrir des morceaux qui méritent à être mieux connus.

Mon colis fait un peu plus ou un peu moins du poids prévu à la précommande, pourquoi ?

Mon colis fait un peu plus ou un peu moins du poids prévu à la récommande, pourquoi ?À la préparation de votre colis, nous nous efforçons de coller au plus près du poids prévu. Cependant, comme le poids d’une pièce de viande est très variable (en fonction des races, âges, alimentation, etc) et que le regroupement de pièces dans un colis est lui aussi variable, un écart de +/- 10 % par rapport au poids prévu est toléré pour chaque colis.

Quelle place prendra un colis de 3kg dans mon réfrigérateur ou congélateur ?

À peine un tiers d’une étagère ou d’un tiroir. C’est l’intérêt de l’emballage sous-vide, qui protège la viande, prolonge la durée de conservation et fait gagner de la place. Pour la livraison, les sachets sous-vide sont groupés dans un petit carton en fibres recyclables.

Combien de repas avec un colis de 3 kg ?

Comptez de l’ordre de 120 à 150 g par personne pour une portion de viande. Avec 3 kg, vous avez de quoi préparer 5 à 7 repas pour 4 personnes. Avec 6 kg, 10 à 15 repas pour 4 personnes, ou trois à quatre belles tablées entre amis !

En période printemps/été, l’assortiment de nos colis est en général consommé bien plus vite, car largement tourné vers les grillades et barbecues entre amis.

Comment conserver ma viande ?

Au moment de la mise sous-vide, la durée de conservation au réfrigérateur (+4°C) est de 20 jours environ : deux à trois fois plus que de la viande sous simple emballage papier !

Mais c’est surtout à la congélation que notre entre-deux sous-vide se prête parfaitement : elle est protégée des produits environnants et se congèle sans givre ni dessèchement. Au congélateur, la durée de conservation se prolonge facilement à 8 mois.

Comment savoir si mon colis est prêt, et comment retirer mon colis ?

En haut de la page et pour chaque vente, nous vous donnons une date approximative de livraison des colis, et vous pourrez choisir son lieu de retrait en fin de commande. A la finalisation de votre commande, vous recevrez un mail de confirmation.

Dans les jours qui précèdent la mise à disposition, vous recevrez un mail rappelant la date, le lieu et les conditions précises de retrait.

Pour toutes nos ventes, la livraison à votre domicile ou bureau est possible, en partenariat avec notre prestataire de transport, et dans le respect de la chaîne du froid. Pensez à commander entre amis, tut colis de plus de 10 kg voit ses frais de port offerts !

Quand et où aura lieu la prochaine vente ?

En haut de la page et pour chaque vente, nous vous donnons une date approximative de livraison des colis, et vous pourrez choisir son lieu de retrait en fin de commande.

Chaque vente est unique : une nouvelle race, un nouveau terroir, un nouvel éleveur. L’occasion de renouveler à chaque fois votre expérience !

Besoin d’un renseignement, envie de servir de point relai pour nos colis ? Contactez-nous sur commandes@labillebleue.farm et 02-51-85-87-65

Comment cuisiner le veau et l’entre-deux de La Bille Bleue ? 

Quelques grandes lignes pour en profiter un maximum :

1- Veillez à ne pas “surcuire” votre viande (mieux vaut trop peu que trop, quitte à poursuivre la cuisson après). Pour une fine escalope, un aller-retour à feu vif et trois minutes de cuisson peuvent suffire.

2 – « Nourrissez » votre viande à la cuisson, avec de la matière grasse (beurre idéalement, en veillant à ne pas le faire brûler). Faites le noisette et arrosez régulièrement la viande pendant la cuisson à l’aide d’une cuillère.

3 – Pensez aux marinades préalables, et faites-vous plaisir ! L’entre-deux est une viande délicate à manger seule (beurre, fleur de sel, poivre), mais elle s’accommode parfaitement en plats en sauce plus corsés. Son moelleux vous séduira dans tous les cas.

Vous manquez d’inspiration ? Pas le temps de cuisiner ? Consultez nos recettes et nos conseils en ligne : nous développons un ensemble de fiches et tutoriels avec nos chefs partenaires.

Ma viande est-elle certifiée Bio ?

Oui. Sauf mention contraire dès le moment de la commande (explicite, exceptionnelle et expliquée), nous travaillons systématiquement avec des éleveurs Bio, et votre viande bénéficie du label AB. Notre cahier des charges d’élevage La Bille Bleue se positionne comme une « surcouche » bien-être animal, en plus des garanties de l’Agriculture Biologique.

La Bille Bleue
La Bille Bleue, Bio, Label Rouge, j’ai du mal à faire la différence !

En effet, il y a beaucoup de labels et marques de qualité, et tous ne sont pas fiables. Parlons surtout de la Bio, selon nous une vraie référence en matière d’agriculture : AB est un label officiel reconnu par l’État, alors que La Bille Bleue est une marque privée.

Voyez-nous toutefois nous aussi comme une garantie de qualité : si vous trouvez notre estampille sur une viande ou un fromage, vous avez entre les mains un produit qui répond à des critères précis que nous avons développés en interne. Car malgré les formidables avancées apportées par la Bio, certains « trous dans la raquette » persistent, notamment en matière de bien-être animal.

L’intégralité de vos produits est-elle certifiée Bio ?

Nous croyons en l’impact de la Bio pour les consommateurs, les agriculteurs, les animaux et l’environnement. Dans l’immense majorité des cas, nous travaillons en « surcouche » de ce label. Vous avez donc les deux garanties à la fois.


Dans certains cas, nous pouvons être amenés à travailler avec des éleveurs non Bio, quand ils ont un niveau d’exigence suffisamment élevé. Rappelons que certains éleveurs ne sont pas certifiés pour des raisons techniques ou par choix personnel, mais ont malgré tout des pratiques d’élevage au moins égales à leurs collègues Bio. Ce qui est sûr, c’est que quand nous travaillons avec un éleveur, quel qu’il soit, il satisfait à notre cahier des charges La Bille Bleue.


Si la garantie AB reste toutefois indispensable pour vous, c’est facile : cherchez le logo AB sur nos produits 😉

L’intégralité des animaux de vos élevages sont-ils élevés suivant votre cahier des charges ?

Pas encore. Cet objectif s’atteint de façon progressive et demande du travail de la part de nos partenaires éleveurs. Avec La Bille Bleue, ils ont le courage de s’aventurer vers une agriculture engagée dont ils sont les précurseurs, et c’est un effort que l’on doit saluer !

Dans chacune de nos fermes, nous démarrons avec des groupes de quelques animaux. Ce qui permet aux éleveurs une progression plus douce vers notre système de production. Au fur-et-à-mesure, et grâce à vous qui nous soutenez en achetant nos produits, chaque éleveur pourra généraliser le modèle Bille Bleue à l’intégralité de son élevage.

Si le bien-être animal vous concerne tant, pourquoi élever et consommer des animaux ?

Question intéressante ! Nous observons que les comportements de chasse inter-espèces (et même d’élevage) font partie de la Nature qui nous entoure, et ce depuis des centaines de milliers d’années. La consommation de produits d’origine animale est un phénomène naturel et qui présente de nombreux intérêts nutritionnels.

L’élevage peut être compatible avec le respect des animaux, s’il est conduit de façon responsable, apaisée et humble. C’est la mission que nous nous donnons : offrir une belle vie et une mort digne aux bêtes de fermes que nous consommons.

Vous parlez beaucoup de bien-être animal, y a-t-il d’autres intérêts à consommer vos produits ?

Il y en a plein ! L’ensemble de notre cahier des charges agit pour le bien-être animal, mais aussi pour un modèle agricole durable, sain et respectueux de l’environnement. Cela passe par l’encadrement de l’alimentation, de la durée d’élevage ou de la conduite générale de nos fermes partenaires.

Citons quelques bénéfices du modèle La Bille Bleue :

• Réduction des émissions de gaz à effet de serre, grâce à un modèle relocalisé (transports limités à absents) et des cadences d’élevage ralenties.

• Amélioration du profit nutritionnel des produits laitiers et viandes, grâce à des transformations limitées et une nutrition de nos bovins très largement tournée vers leur alimentation naturelle : l’herbe !

• Réduction des pertes et déchets et cohérence globale des consommations, en valorisant l’ensemble des productions d’une ferme laitière (lait, veaux, vaches), et en encourageant une consommation responsable et diversifiée.

Vous parlez beaucoup de bien-être animal, y a-t-il d’autres intérêts à consommer vos produits ?

Il est vrai que le coût est un facteur de choix important de nos actes d’achat. Mais alors quel est le prix juste pour les denrées que nous consommons ? Est-ce celui fixé par des pratiques d’élevage et de transformation industrielles, ou est-ce celui fixé par un modèle respectueux des animaux, de l’environnement et des éleveurs ?

Nos produits sont parfois plus chers que ceux que vous pouvez consommer par ailleurs. À cela il y a plusieurs raisons :

  • Notre modèle de production est moins « rationnalisé » qu’un autre. Nous faisons le choix de produire moins de lait et de le partager avec le veau, et de prendre un temps naturel pour l’élevage des animaux. Cela a un prix en termes de productivité, et cela nous l’assumons.
  • À la différence d’autres entreprises du secteur, nous produisons des volumes très limités de viande et de fromage, et ces volumes ne suffisent pas à « écraser » nos charges et frais logistiques.
  • Nous nous attachons aussi à payer nos éleveurs à un prix qui récompense leurs efforts en faveur de nouvelles pratiques d’élevage. Pour que bien-être animal et rentabilité économique soient bel et bien compatibles.
Vous êtes une jeune entreprise, quelles garanties avons-nous en matière d’hygiène et sécurité alimentaire, et en matière de traçabilité de vos produits ?

Vous avez les mêmes garanties qu’avec n’importe quelle marque nationale que vous trouvez en distribution ! Petite ou grande entreprise, nous devons tous satisfaire aux mêmes réglementations européennes et françaises. Quand vous achetez un de nos produits, ils sont issus d’élevages répertoriés, d’animaux enregistrés et d’ateliers de transformation agrées et contrôlés. L’agriculture paysanne et l’artisanat n’excluent pas l’hygiène !

Et en matière de bien-être animal, nous allons bien au-delà des attentes réglementaires, y compris Bio, et c’est justement ce qui fait notre différence.

Vos produits ne sont pas exactement les mêmes en fonction des saisons et des régions de distribution. Pourquoi ?

Parce que nous n’avons pas voulu développer une marque monolithique. Nous cultivons une approche paysanne, locale et artisanale de la production alimentaire. Nous ne cherchons pas à standardiser notre production, et n’employons pas de méthodes industrielles allant dans ce sens.

Nous travaillons avec plusieurs éleveurs, terroirs et artisans transformateurs, et surtout avec la Nature, tout au long des saisons. Cette diversité enrichit notre gamme et explique certaines variabilités qui n’affectent en rien la qualité des produits, au contraire !

Qu’est-ce que votre cahier des charges, et comment est-il structuré ?

Nous pensons que les conditions d’élevage et d’abattage des animaux dont on consomme les denrées ne sont pas satisfaisantes. Nous avons donc créé un certain nombre de règles précises pour améliorer le sort de ces bêtes, en complément de la réglementation Bio : ce sont ces règles qui constituent notre cahier des charges. Notre attention s’articule largement autour du bien-être animal, mais nous sommes aussi très regardants sur des critères comme l’alimentation ou l’intensité de la sélection génétique.

Notre cahier des charges se concentre aujourd’hui sur la filière laitière. Nous y avons inclus des règles obligatoires (comme laisser les veaux vivre 7 mois minimum au pis, celui de leur mère pour 50% d’entre eux et celui d’une vache nourrice pour tous les autres) et des règles facultatives, qui donnent des objectifs long terme à notre démarche (comme la reproduction par monte naturelle à 100%).

Notre cahier des charges n’est pas figé. Il est vivant et s’adapte au gré de nos échanges avec nos éleveurs, avec vous, et avec nos structures amies (associations de défense des animaux, groupement paysans, etc). Nous nous engageons à toujours le faire évoluer pour le meilleur.

Qu’est-ce que vache nourrice ?

Aussi appelée tante, une nourrice est une vache qui a récemment vêlé et que l’on préserve de la traite pour lui attribuer l’éducation et l’alimentation au pis d’un ou plusieurs veaux de l’élevage. Elle constitue ainsi une présence maternelle et pédagogique pour ces animaux, tout en permettant de réserver d’autres vaches ayant récemment vêlé pour la traite.

L’élevage de jeunes bovins sous vaches nourrices présente de nombreux avantages (immunité, croissance, travail de l’éleveur : voir nos articles de blog à ce sujet), mais peut aussi s’avérer néfaste s’il est mal conduit. C’est pourquoi à La Bille Bleue, notre gestion de ce système est très stricte :

– Pas plus de deux veaux sous une nourrice. Au-delà l’effort qu’on lui demande est bien trop important.

– L’un de ces deux veaux est son veau biologique : nous parlons donc plutôt de mères nourrices chez La Bille Bleue

– Élevage des veaux minimum 7 mois sous cette présence maternelle. A comparer aux 1 à 15 jours qui sont la norme dans la filière.

– Rémunération supplémentaire des élevages prolongeant les durées de lactation des vaches laitières et nourrices, leur permettant ainsi repos et remise en forme plus longs entre deux gestations/lactations. À La Bille Bleue, la moitié des veaux élevés suivant notre charte d’élevage le sont sous leur mère biologique, et tous les autres sont sous une mère nourrice. En d’autres termes, tous nos veaux sont nourris de façon prolongée au pis, en troupeau, en extérieur et auprès de vaches éducatrices adultes. Bien loin des seaux, lait en poudre et confinement en cage qui sont la norme ailleurs.

Nos produits
Que deviennent habituellement les veaux produits par la filière laitière ?

Rappelons d’abord que pour faire du lait, une vache doit donner naissance à un veau. Et pour la filière, ce veau est considéré comme un « co-produit », un déchet de la production laitière. Pas question de le laisser téter le lait de sa mère, cela réduirait les volumes collectés pour la revente !

Alors voici ce qui se passe dans l’immense majorité des cas : le veau, en particulier le mâle qui ne produira pas de lait en grandissant, est séparé de sa mère après quelques heures de vie. Il vivra ensuite une succession de transports, chargements et manipulations, avant d’être confiné dans un bâtiment pendant 3 à 4 mois, nourri de lait en poudre et sans accès à l’extérieur.

Non seulement ce système fait souffrir la vache (privée de son petit) et le veau (arraché à sa mère et condamné à l’élevage intensif), mais en plus il produit de la viande de qualité médiocre, et génère un bilan CO2 lourd. Ce sont ces problèmes que nous souhaitons résoudre avec La Bille Bleue.

Veau sous la mère, veau de lait… Ça existe déjà, même en Bio !

En effet les veaux élevés sous la mère ça existe. Mais ces animaux sont issus de la filière de production dite « allaitante ». Signalons que rare sont ceux qui ont la chance d’avoir accès à l’extérieur ou de profiter de leur mère toute la journée.

Et cela ne règle pas le problème des veaux produits par la filière laitière. Qu’en fait-on de ces veaux ? Notre volonté est que ces animaux qui nous permettent de boire du lait et savourer du beurre, du fromage ou des yaourts, ne soient pas condamnés à une vie d’élevage intensif. Ce sont ces veaux que l’on veut aider, pour qu’ils ne soient plus considérés comme de vulgaires co-produits.

Ce que nous cherchons à faire, c’est d’apporter un peu de cohérence dans la consommation de denrées animales, en se disant que l’on peut produire du lait et de la viande sur le même type d’exploitation, tout en offrant aux animaux une vie digne et confortable.

L’âge d’abattage de vos bovins n’est pas fixé de façon précise, pourquoi ?

En faisant le choix de ne pas nous imposer un standard d’âge, de durée d’élevage ou de couleur de viande qui irait à l’encontre du bien-être animal, nous produisons des viandes diverses et non standardisées. Tantôt rouges claires tantôt plus foncées, au goût et au dépôt de gras variable, mais toujours tendres et goûteuses, grâce à nos exigences sur l’alimentation des animaux.

Nous sommes convaincus que la qualité gastronomique de nos viandes provient non seulement de nos exigences sur les conditions d’élevage et d’alimentation de nos bêtes, mais aussi de la variabilité des races, terroirs et âges d’abattage. Nous nous efforçons de travailler avec cette variabilité de la Nature, plutôt que d’essayer de la combattre.

De quelles garanties est-ce que je bénéficie quand je consomme une viande estampillée La Bille Bleue ?

Vous avez la garantie que votre viande provient d’un élevage comme il y en a encore peu dans la filière laitière française (et mondiale !). Un élevage qui place le bien-être des animaux en priorité numéro 1, et qui va au-delà des obligations réglementaires ou des critères des labels existants.

Les jeunes bovins que nous élevons ont tous eu la chance (ou plutôt le droit fondamental) de vivre 7 mois aux pis d’une vache : 50% sous le pis de leur mère et tous les autres sous le pis d’une mère nourrice, n’ont mangé que du lait au pis, de l’herbe et des fourrages herbagers, ont accédé à l’extérieur, et ont été entourés de nombreux congénères. Ils n’ont jamais été déplacés de leur ferme de naissance pendant leur vie d’élevage, et leur impact sur l’environnement est largement abaissé.

La plupart de ces mesures ont un impact direct sur la qualité de la viande que vous consommez : parfum, tendreté, jutosité, qualité et répartition du gras. Et qualité nutritionnelle !

De quelles garanties est-ce que je bénéficie quand je consomme une viande estampillée La Bille Bleue ?

Vous avez la garantie que votre lait provient d’une ferme comme il y en a encore peu en France. Une ferme où au moins une part croissante des vaches ont le privilège (ou plutôt le droit fondamental) de vivre 7 mois minimum auprès de leur veau. Nos vaches ne consomment pas de concentrés, et ont accès au pâturage la majeure partie de l’année (souvent plus de 8 mois). Elles sont souvent issues de races mixtes et de croisement, pour se détourner de la sélection génétique intense qui est la norme aujourd’hui, et qui fait tant de dégâts.


Les jeunes bovins aussi jouissent de leurs droits inaliénables : accéder à l’extérieur, manger du fourrage, avoir une vie sociale riche et une vie d’élevage prolongée. Sans oublier que dans nos élevages partenaires 50% des veaux vivent sous leur mère et tous les autres sous une vache nourrice.


Enfin , côté produit, vous avez des garanties encore très rares en France : nos fromages sont au lait cru et élaborés avec le lait de vaches nourries 100% à l’herbe. Mais nos fromages ont une particularité majeure : ils sont élaborés sans présure d’origine animale, pour une vraie cohérence de filière, et pour prouver que l’on peut faire du fromage sans sacrifier de veaux. Visitez notre blog pour en savoir plus.!

D’ici la mise en service de votre laboratoire mobile d’abattage, où sont abattus les animaux ?

Sachez d’abord que c’est grâce à vous que nous pourrons accélérer la mise en service de notre camion abattoir : votre soutien incitera éleveurs et partenaires à nous suivre. Alors suivez-nous sur les réseaux, abonnez-vous à la newsletter et essayez nos produits pour montrer que le bien-être animal n’est pas négociable.

En attendant cette mise en service, les animaux seront encore abattus en abattoir conventionnels agréés. Pour maîtriser aux mieux cette étape difficile, nous sommes attentifs à plusieurs critères pour accompagner les animaux dans leurs dernières heures : choix du prestataire de transport et d’abattage par La Bille Bleue, réduction des temps de transport et d’attente, déplacements par lots de plusieurs animaux, et bien sûr étourdissement systématique.

L’abattage à la ferme est-il autorisé en France ?

Oui, depuis la loi EGAlim 2018. Pour ce qui concerne l’hygiène et les contrôles Qualité, signalons que les opérateurs d’abattoirs mobiles n’ont le droit à aucune dérogation pour exercer : nous sommes soumis aux mêmes contraintes qu’un abattoir conventionnel, notamment en matière d’agrément sanitaire, de propreté, d’inspection des carcasses ou de protection animale. Les abattoirs mobiles sont également soumis aux mêmes contrôles, planifiés ou inopinés, qu’un abattoir fixe et doivent rendre les mêmes comptes aux directions départementales de protection des populations (DDPP).

En d’autres termes, une viande issue d’un abattoir à la ferme agréé bénéficie des mêmes garanties sanitaires que celle provenant d’un abattoir conventionnel. Nous travaillons par ailleurs sur plusieurs mesures en faveur d’une transparence accrue de notre process d’abattage, pour aller ici encore au-delà des contraintes réglementaires obligatoires.

Où trouver nos produits ?

Le plus simple est de les commander en ligne sur notre boutique, pour les récupérer en points de retrait ou vous les faire directement livrer à la maison. Promis, nous veillerons à limiter les emballages non durables de nos colis 😉

Nous sommes également présents en magasins de distribution spécialisée (Biocoop), et développons des partenariats avec des restaurateurs. Pensez à visiter notre section “Recettes” pour les découvrir.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos ventes, promotions et actualités

(désinscription possible à tout moment)

Inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos ventes, promotions et actualités

(désinscription possible à tout moment)